vendredi 16 novembre 2007

MQB aka Machine qui Blogue - SUPER MARIO GALAXY - Mario, ce super-héros !

J’ai eu cette impression unique d’allumer la Wii pour vivre une grande expérience. LA grande expérience. Cette impression que cette fois-ci, j’aurais vraiment du mal à revenir du long voyage auquel Mario m'avait convié.

Loin là-bas dans la grande galaxie. Loin, là-bas où les rêves restent suspendus aux étoiles pour éclairer les ambitions de feu de nos destins.
Super Mario Galaxy est une merveille, un chef d’œuvre, un jeu d’une absolue efficacité, d’où émane la plus belle des magies. Une redoutable machine à rêves. Un passeport pour la perfection vidéo ludique.

Ceci est le témoignage de quelques heures de jeu. Quelques heures que je n’aie pas vu filer. Des heures avec la bouche ouverte, tant la surprise était agréable et addictive. C’est tout bête mais c’est la première fois qu’un jeu 3D nous fait ressentir la gravité, en nous mettant la tête sens dessus dessous, provoquant parfois quelques agréables vertiges.

Drôle de sensation que de parcourir des niveaux tout ronds qui bouclent sur eux-mêmes. Évident me direz-vous, quand on va tout droit sur une sphère, on revient à son point de départ. Sauf qu’entre-temps on aura eu la tête en bas, et tous nos repères dans l’espace complètement aveuglés par une caméra vertigineuse. Tout autour de nous, le grand vide sidéral, d’un bleu profond et presque inquiétant. Nous, petits terriens que nous sommes, avons oubliés qu’il était parfois bon de garder les pieds bien collés au sol. Au moins, avec Mario Galaxy, on gardera la tête dans les étoiles un bon bout de temps. Les dernières aventures sidérales du plombier vont me réapprendre à marcher. À repenser ma façon de jouer. Le genre d’œuvre ludique qui nous fait dire : « Que faire après ça ? Que peut-on inventer après cette illumination de Miyamoto ? »

À défaut d’apporter une réponse à ces dernières questions, il est parfois bon de s’incliner, de reconnaître le génie et de dire merci.

Merci Nintendo. Merci Miyamoto.

Aucun commentaire: