lundi 12 mai 2008

MQB aka Machine qui Blogue - BOOM BLOX - Spielberg joue à Jenga !

Petite surprise qui est venue titiller mon appétit de Gamer sur le déclin, BOOM BLOX m'avait séduit grâce à son trailer qui augurait du meilleur et surtout d'un concept original. Bon certes, l'aura de son créateur que l'on ne présente plus, Mr. Spielberg (dont la traduction littérale de son nom - Montagne de Jeu - trouve ici, un écho assez marrant) a opérer sa petite magie sur ma curiosité. Chose étonnante, et qui m'a plu d'emblée, c'est que j'attendais ce jeu pour l'été, et au final, en le voyant dans les rayons de mon échoppe favorite, j'ai pas hésité une seconde. Même si dans ma tête trainait un "Tiens, c'est déjà sorti" tonitruant !

BOOM BLOX est un concentré de concepts Wii :

  • Maniabilité d'une simplicité enfantine
  • Un concept simple à piger (tout casser ou presque)
  • Casual à fond, pas besoin d'avoir one lifé Metal Slug 3
  • Kawai jusqu'aux tripes, des petits couinements d'animaux partout dans ta chambre

Et pourtant, c'est accrocheur.

Le but primaire, lancer divers objets pour détruire des constructions 3D. Bien sûr le jeu évolue au fur et à mesure, développant ça et là une finesse assez surprenante. Ce qui surprend aussi, c'est son côté Eledees. On prend les objets, on s'amuse littéralement à abuser des lois physiques du jeu, à faire tomber des tours à la Jenga et à recommencer encore et encore pour trouver la meilleure façon de passer les niveaux et d'obtenir les médailles d'or tant convoitées.

Du coup on cherche, le meilleur point de vue, pour maximiser les points d'impacts, trouver les failles de constructions super bien pensées. Et là, on se met à réaliser et à mettre en scène sa partie. On change les angles de caméra pour observer les blocs tomber de différentes façons. Puis bon, Spielberg oblige, cette caméra prend toute son importance dans le mouvement constant qu'on lui donne. Ceci ajoutant, une dimension supplémentaire au gameplay. FUNFUN FUN !

Belle petite surprise que ce BOOM BLOX sur Wii. Rafraichissant, puissamment accrocheur, et éminemment bien construit, le jeu d'E.A. se pose comme un concept novateur, que Shigeru Miyamoto n'aurait certainement pas renié. Etonnant quand on sait l'admiration de Spielberg pour le très humble créateur Japonais.

Trailer Officiel :



See you soon, Space Cowgirls and boys.

Aucun commentaire: