vendredi 30 mai 2008

[Le cinéma des années 80 avec mon père] - YOUNG EINSTEIN (EINSTEIN JUNIOR) - Biopic fantaisiste !!

Comme précédemment évoqué dans l'article consacré à Indy 4, film que mon inconscient a déjà oublié pour le bien de ma culture, il est des choses sublimées par l'âge innocent de l'enfance. Mon père adore le cinéma, et je me souviens de séances de cinéma avec lui, émaillées de super souvenirs. Le truc, c'est que ma mémoire n'est pas forcément liée à des Star Wars ou autre Disney, mais se rattachent à des titres de films plus obscures, tels « EINSTEIN JUNIOR » ou encore « STARFIGHTER ». Pour ce premier article de la série, je vous parlerai d'Einstein Junior.

C'est un certain Yahoo Serious qui est à l'origine de cette comédie allumée, qui ramène la science dans un univers loufoque et complètement anachronique.

Une pomme lui tombe sur la tête, et voilà que Newton Einstein expérimente la gravité à bord d'une catapulte géante. 
Tout commence en TASMANIE, où vit le jeune Albert Einstein, fils d'un cultivateur de pommes et d'une mère nympho qui passe sont temps derrière les fourneaux. Alors qu'un grand avenir lui est promis dans la culture de la pomme, le jeune Albert se plait à résoudre les problèmes de l'univers au milieu des champs et élabore dans son crâne les futures formules qui révolutionneront le monde de la science quelques années plus tard. Un soir, il décide de s'attaquer à la grande croisade familiale, mettre des bulles dans la bière « Einstein » que le grand-père fabriquait dans une cabane perdue dans la campagne.

Une explosion plus tard, suite à la scission d'un atome de bière (?), les bulles dans la bière sont inventées.
Albert arrive grâce à l'archaïsme de la méthode maison à couper en deux un atome de bière. Une explosion gigantesque illumine la nuit tasmanienne, le jeune savant complètement grillé, revient à la ferme ancestrale avec un bout de papier sur lequel est inscrit le célèbre E=Mc2. Formule que le paternel s'appliquera à lire « Emque » ! Il s'empressera d'ailleurs d'envoyer son fils sur le continent Australien pour rendre célèbre la bière avec des bulles et aussi sa grande trouvaille.

Évidente de simplicité pour lui, la formule d'Einstein l'est moins pour ses contemporains ... 
Dans un bateau pas plus grand qu'un optimiste, le jeune Einstein entreprend donc de traverser la mer et quelques centaines de kilomètres plus loin, rencontre la jeune et jolie Marie Curie dans un train dont la destination est la grande université d'Australie !

L'art de désamorcer une bombe nucléaire avec une guitare électrique, culte bien-sûr !
Je m'arrête là dans mon récit mais il va encore arriver d'autres aventures rocambolesques à notre couple de héros nouvellement formé.

Voyez en ce film Warner Bros de 88, un film de Chaplin en couleur. Yahoo serious, champion du mime et du ridicule, enchaîne les gags à la Tex Avery dans une histoire complètement folle, mais pas si stupide que ça. Entre deux répliques bien senties, l'acteur comique, place quelques réflexions sur l'humanité, la relativité, la fission atomique et le rock'n'roll. Mettre en rapport Marie Curie, Darwin et Newton dans un même film est super bien trouvé en terme de narration. Il y a toujours une idée sur laquelle l'auteur du film peut rebondir sans lasser. D'autre part la musique typée années 80 est excellente et rajoute une couche supplémentaire à l'ambiance du film. La traversée du continent australien par le jeune savant fou sur fond musical est un grand moment de cinéma.

Retour triomphale en pays Tasmanien !
Si comme moi, vous être fan de films des années 80, « Einstein Junior » est une agréable comédie absurde. Le petit côté film indépendant permet à l'humoriste de s'affranchir des codes de narration habituels, et donne un cachet singulier au film. La sensation d'être devant un ovni du 7ème art. Le souvenir de se film était intact. Le fait de le revoir il y a peu m'a fait un bien fou, parce que c'est loin d'être un film pour gamins élevés au Tang et au Tubble Gum. Plus vieux, on découvre le côté romantique du film, son côté totalement fou et étonnant. Un vrai film débile très premier degré qui ne prétend pas à autre chose. C'est peut-être là que réside sa force humoristique.

Hommage à Albert qui a inspiré cette loufoquerie !

Le film existe en DVD import Zone 1 sous le titre « Young Einstein ». Le tout en VOST et doublé en français pour les anglophobes. Foncez, c'est du meilleur goût !

EMQUE ??