mardi 18 janvier 2011

[Docteur Switch] En direct de l'atelier - "Diantre, ma Famicom RF se déguise en Famicom AV."

Encore ? Oui, c'est la folie aujourd'hui, trois articles en une soirée. En fait, tout est parti de l'idée qui m'a poussé à écrire l'article qui va suivre. Je vais vous parler d'une petite intervention que j'ai fait subir à ma Famicom RF (la rouge et blanche) pour la brancher en composite (prise coaxiale jaune). Séquence Nip Tuck !

Si vous avez bien suivi mes écrits (je le sais, vous êtes maintenant devenu un fan de ma prose), vous avez compris que la première Famicom, celle sortie en 1983 ne comportait qu'un branchement antenne. Peu aisée cette connexion est de moins en moins pratique pour moi, et j'ai sauté le pas pour modifier ma console pour pouvoir la brancher en composite. Mais il existe aussi une Famicom dite AV (en opposition à la Famicom de première génération dite Famicom RF) qui propose d'origine une sortie vidéo composite.

En 1993, pour fêter les 10 ans (de succès) de la Famicom, Nintendo ressort une nouvelle version de sa console mythique, la Famicom AV :

Version AV de la Famicom sortie en 1993.

Cette console est pour le commun des mortels plus simple d'utilisation que la Famicom rouge et blanche. Sa connectique standard "made in Nintendo" permet de la brancher via les prises composites de toutes les TV (jaune pour la vidéo + blanc et rouge pour le son). Terminée la galère pour brancher sa console avec la prise antenne, pour rechercher le bon canal, etc. Puis, il faut quand même noter que le branchement en composite produit une image de bien meilleure qualité. Ce qui rend enfin honneur au beaux pixels 8 bits (un peu comme les démons d'Urutsoukidoji) de la Famicom. Question design, la console s'inspire de la Super Famicom sortie 3 ans plus tôt au japon (1990). On retrouve le gris clair et le gris foncé de la 16-bits de Nintendo. La forme des manettes est aussi très inspirée par les manettes de la Supa Fami.

Les manettes modernisées de la Famicom AV. Une descendance illégitime entre manettes NES et Super Nes ?
Leur petit nom intime, c'est "Dog-Bone", et on ne rigole pas. Enfin et pour terminer avec les manettes, les branchements et les boutons rouges sont un hommage à notre NES (voir photo). Une console "melting-pot" en quelque sorte, trop fort Nintendo ! Côté chargement des cartouches, on retrouve le système "Top Loading". C'est bien heureux parce que le système de chargement de la NES était une catastrophe (voir article précédent). Exit toutefois le bouton "Eject". Cette console est aussi sortie plus tard aux Etats-Unis sous le nom de NES 2 mais uniquement compatible avec les cartouches de la NES américaine. Tout comme sa soeur japonaise, elle garde le chargement "Top Loading" pour les cartouches, ce qui n'est vraiment pas un mal quand on connaît le problème des NES qui se mettent à clignoter à cause des faux contacts.

Une belle console sur le papier, mais ce qui me gêne, même si beaucoup de passionnés la conseille à longueur de forums, c'est son design, que je trouve moche. Question de goût personnel. Pour moi, son seul avantage c'est son branchement AV plus simple. J'ai d'abord eu cette console avant d'avoir ma première Famicom RF. Mais l'original est d'une valeur plus forte à mes yeux que ce remake de mauvais goût.

Certains vont légitimement trouver ce qui suit idiot, mais j'aimerais défendre ma position. Je préfère 100 fois, jouer avec une image de moins bonne qualité, quitte à jouer avec la Famicom premier modèle de 83. Chantez avec moi sur un air de Dutronc :

"Question de bêtise,
question de préférence,
que voulez-vous que je vous dise,
je suis tombé en transe,
un matin de 2002
pour une jolie console rouge et blanche
sur un pas de deux."

Imaginez la joie de brancher cet ancêtre vidéoludique sur une télé sans trop d'espoir. Puis après une bonne poignée de minutes, voir apparaître une image, puis entendre une douce mélodie "Chip-Tune". C'était comme un miracle d'avoir la chance d'avoir une bonne vieille télé cathodique (amen) qui acceptait le signal RF/NTSC de cette petite console japonaise.

Le truc, c'est que j'ai changé de télé, vu que ma vieille BRANDT a rendu l'âme. Et puis ma nouvelle "vieille" TV cathodique n'acceptait plus le signal de ma Famicom RF. Tristesse. J'ai ressorti ma Famicom AV. Sans trop de conviction, certes l'images était plus belle, mais ma Famicom 83 me manquait. La douceur de son plastique, les couleurs de sa robe chatoyante, et ses couleurs baveuses. Et puis, j'ai sauté le pas. J'ai décidé il y'a quelques jours de l'opérer à coeur ouvert pour lui offrir une belle connectique composite. Allier le plaisir de l'image avec le plaisir des sensations tactiles.

Après quelques galères pour trouver les bons composants (surtout le transistor 2SC1815), avoir sillonné Paris d'Est en Ouest et du Nord au Sud, c'était l'heure de l'intervention. Deux petites heures d'opération et une petite intervention esthétique pour rendre le tout plus joli. Admirez le résultat :

Les deux nouvelles connectiques vidéo !

Pour la petite histoire, c'est la seule Famicom modifiée qui a les prises dans cette configuration. Les gens qui me connaissent savent que je ne fais jamais les choses comme tout le monde. Voilà d'ailleurs ce que j'ai trouvé sur le net et qui ne me convenait pas :

Des modifications bof bof, surtout celle d'Otakus-Store qui de plus est payante. Celle en bas à gauche est pas mal, sauf que la personne a dû retirer le module RF de la console et repositionner les auto-collants, c'est la modif la plus "traumatisante" pour la console puisqu'on enlève carrément des composants électroniques et que la console ne peut plus être brancher via l'antenne. Dommage (Éliane).

Du coup, je trouve ma modification plus esthétique. J'ai conservé le format Composite + Son mono pour préserver l'aspect audio-vidéo originel de la console (qui sort le son en mono). Puis dans la configuration que j'ai choisie, placer 3 prises type cinch, c'était assez chaud. Côté technique, j'ai placé tous mes composants sur une plaque Veroboard, contrairement au modifications habituelles où les composants sont directement soudés sur la carte-mère. D'une part, je trouve ça risqué, et c'est plus difficile à changer en cas de pépin.


Pour revenir aux considérations esthétiques, j'ai préféré placer les deux prises (Vidéo + Audio) du même côté. J'avoue que la prise son (blanche) m'a posé des soucis, il a fallu que je coupe dans la console, le plot qui sert à caler le fil de la manette (mais qui ne sert au final à pas grand chose) et une petite plaque en plastique qui était en surplus dans la console. Cela m'a permis de caser les deux prises l'une à côté de l'autre sur le même segment et qu'à l'extérieur ça soit clean. J'ai en plus créer un petit cache pour habiller les prises. Vous allez rire mais ce cache provient de la plaque supérieure grise anthracite d'une Super Nintendo défectueuse. On reste du coup dans du plastique "Made in Nintendo". Le tout est collé avec de la cyanolite et ça tient bon.

Côté image, le 'mod' donne de bons résultats. Je vais être honnête, l'image est de moins bonne qualité que la sortie vidéo de la Famicom AV de 93. Il faut dire que le composite de cette dernière est de très bonne facture (surement le meilleur que j'ai jamais vu). Mais ce qui est chouette, c'est que la précision de l'image d'une Famicom 83 modifiée est au dessus de ce qu'elle donne avec le signal RF (prise antenne). Rien que ça, ça fait ma joie.

C'est donc avec Rockman premier du nom que je suis reparti dans les vastes contrées ludiques de la Famicom. Un véritable bonheur que d'avoir devant soi la véritable famicom et la vraie manette en main. Des choses que les petits jeunes, fans d'émulateurs ne comprendront jamais (même si l'émulation est un moindre mal).

1 commentaire:

lepirate a dit…

disons que grace à l’émulation on peut découvrir des jeux donc c'est nice ! mais rien ne vaut le gaming devant la teloche manette en main all night long comme un gros geek avec du coca, des curlys et des potes à qui tu mets des baffes pour les déconcentrer pendant mario kart endiablé !