lundi 7 mars 2011

Two Thumbs Up [La revue ciné de pakupakustory] BLACK SWAN : Danse avec les cygnes ! !


Black Swan est une sorte de couloir qui ne part de rien et ne mène à pas grand chose. Si ce n'est la consécration d'une actrice, qui il est vrai sème le trouble, tant dans son jeu que dans le questionnement qu'elle pose quant à l'incarnation du personnage.

Black Swan est l'illustration probante de la réussite de l'actors studio et des disciples de Stanislavski. Darren Aronofski offre un bac à sable et une panoplie complète de danseuse à Natalie Portman époustouflante de justesse tant elle navigue avec une habileté déconcertante entre les névroses de son personnage.

Troublant de bout en bout, on ne peut s'empêcher de penser à Satoshi Kon et à son oeuvre majeure « Perfect Blue » qui l'a encore raconte les névroses d'une star en ne la lâchant pas d'un mouvement de caméra emportant avec lui le spectateur dans le malaise, la confusion et aussi la peur. Certains d'entre vous penseront que je ressors mes références japonaises, que nenni, c'est Aronofski qui a commencé avec son « Requiem For a Dream » et une séquence copié/collé (même mise en scène, timing et angles de vue) du film majeur de Satoshi Kon (la séquence dans la baignoire où Jennifer Connely hurle la tête dans l'eau).

Encore une fois, dommage qu'en parallèle d'une interprétation magistrale de l'actrice oscarisée, le film est un chamboulement d'images ne portant pas sur grand chose. Le scénario tient en deux lignes et Aronofski a peut-être eu le coup de génie ou pas de faire tenir son édifice sur les fondations d'une impérieuse interprétation. Pari presque tenu, pour un film qui mine de rien porte lui une existence propre et une foutue énergie qui nous tient en haleine.

Bravo ou presque.

Aucun commentaire: