lundi 23 décembre 2013

MQB aka Machine qui Blogue - LA BIBLE GAMEBOY - "Vous lisez où avec la votre ?"

Pix'n Love, maison d'édition spécialisée dans les ouvrages dédiés à la playhistoire, se balade depuis maintenant quelques années et la sortie du premier PIX'N LOVE (sorti en juillet 2007) sur un chemin pavé d'étoiles. Entre réussite fulgurante et choix éditorial qui fait rêver les amateurs de vieux jeux vidéo, le succès mérité de la jeune société reste incontestable. On a pu croiser cette équipe de passionnés sur différents salons et on peut s'apercevoir que malgré tout, il gardent la tête froide, même si leurs ambitions commencent à exaspérer certains de leurs premiers fans.

Au fur et à mesure de leurs publications, l'équipe s'est transformée. Les premières années ont été marquées du sceau de Florent Gorges qui s'illustre par sa culture tout bonnement incroyable, et ses nombreux contacts dans le secteur vidéoludique pour toujours proposer un contenu de qualité et richement documenté. Courant 2010, le cofondateur et gérant de Pix'n Love a quitté la société de ses premiers amours pour fonder Omaké Books. Florent est devenu un électron plus libre se laissant ainsi la possibilité de faire un peu plus ce qu'il veut (comme « L'anthologie du Franponais » ou encore « Nos meilleurs souvenirs de jeux vidéo ») tout en restant un acteur important pour les éditions Pix'n Love. J'insiste sur ce point particulier car les trois premiers volume de « L'Histoire de Nintendo » révèle un niveau d'exigence et suinte la sueur à chaque page. Le style de Florent reste fluide, accessible et hautement informatif. Car s'il ya bien une chose qui caractérise Florent, c'est aussi son envie de transmettre son savoir et ses découvertes. En attestent ses différents projets comme l'émission qui passe sur la chaîne TV NOLIFE, « Les Oubliés de la Playhistoire » ou encore les deux biographies dont il est l'auteur / traducteur comme l'étonnant ouvrage sur Takahashi Meijin ou celui dernièrement sur Yoshihisa Kishimoto. On peut d'ailleurs le voir en conférence dès qu'on s'intéresse de près au passé de Nintendo, puisque qu'il en est l'historien quasi officiel dans l’hexagone. J'arrête là les compliments car je sais l'auteur modeste et qu'il faudrait enfin aborder le fond du sujet qui nous intéresse ici : la critique de « La Bible Gameboy ».



D'ailleurs, c'est LE ou LA Gameboy ? Non parce que … Sklunk …. EEEEAIIIIïïe. Encore heureux que vous soyez toujours là, ici Machine qui Blogue qui reprend les rennes de cet article. Vous savez quoi, ces histoires de genre féminin ou masculin me passent à des milliers de kilomètres aussi de la tête, tant … Euh … bah je m'en fout. Chacun est libre de dire LE ou LA Gameboy en fonction de son histoire avec la machine portable de Nintendo. Car si au Japon, les joueurs ont une véritable histoire avec la Famicom ancrée jusqu'à l'os, en France, c'est bien la Gameboy qui a marqué l'esprit des joueurs. Au japon, quand on parlait de jeux vidéo à une certaine époque, on disait Famicom. Le rayon « Jeux Vidéo » des grands magasins c'était le rayon Famicom. Point. Dans l'hexagone, on se souvient des parents qui déclinaient le mot Gameboy à toutes les sauces. Et le mot affublait tous ce qui touchait au jeu vidéo dans un sens très général du genre « Il est encore sur son Gameboy ... » même si vous étiez en train de jouer à votre super nintendo. Aujourd'hui encore, tout appareil électronique ressemblant de loin à la console portable légendaire est affublé du sobriquet « Gameboy ». Du terminal de paiement Carte Bleue au terminaux mobiles très utiles aux gens qui travaillent en logistique.

Ce petit laïus pour vous dire à quel point pour bon nombre d'entre nous la Gameboy (je dis « LA »?) est la machine la plus emblématique du début des années 90. Un lien renforcé par le fait que la machine monochrome de Nintendo nous suivait partout. Chez mamie, chez le dentiste, en vacances et même, sacrilège des sacrilèges à l'école bien au chaud dans nos cartables. Sans parler du fait que le jeu Tetris a permis a bon nombre de parents de voler la machine de leurs rejetons pour se faire des parties en cachette. Bon nombre de joueurs trentenaires rapportent cette anecdote avec le sourire. Dire que cette bible était attendue par l’auteur de cette critique est un euphémisme tant cette machine a marqué son adolescence. Mon adolescence (vous remarquerez cet effet stylistique de haute volée faisant passant le récit de la 3ème personne à la 1ère personne en deux mots. Criez avec moi : « Putain de génie »!).



C'est donc avec une certaine joie que je découvre un matin d'octobre sur le site de l'éditeur, qu'une bible Gameboy était sur le point de sortir. Du four, ou plutôt des rotatives offset plus exactement. Pour cette fameuse bible, comme à l'accoutumée depuis quelques temps, une version collector est même prévue. Comble du bonheur, ou je ne sais quoi. En fait, ça me laisse ni chaud ni froid. Sentant la manipulation consumériste de base, je décide de passer mon tour pour acheter une version classique standard de chez standard. Bien m'en a pris quand quelques temps après avoir eu l'ouvrage en main, j'ai découvert chez un revendeur les fameuses versions collector. Signe annonciateur de la direction que prennent les éditions Pix'n Love, le livre est exactement le même, seul un fourreau en carton épais, voir très épais sur lequel on a collé une image avec un effet lenticulaire marque la différence entre l'édition des riches et celle des pauvres. Donc c'est sans regrets que je suis passé à côté de cette ***RARE MINT IN BOX – GAMEBOY BIBLE – TIRAGE ULTRA LIMITE DEJA EN RUPTURE DE STOCK PARTOUT***. Merde me voilà en train de critiquer avant même vous avoir parlé du contenu. Tout ça parce que, ce qui me gêne le plus, c'est cette nouvelle philosophie un peu « attrape couillons » que les éditions Pix mettent en avant avec leurs collectors. Chaque ouvrage a le droit à sa sortie collector. Et le pire, c'est qu'en un sens il ont raison puisque c'est un succès à chaque coup. Je ne m'étendrai d'ailleurs pas sur le phénomène collector machin limité « poil de cul en plus » qui a saisi le milieu du jeu vidéo ces dernières années. C'est un autre débat et j'ai assez fait de digressions pour aujourd'hui.



Revenons donc à cette lecture de « La Bible Gameboy ». Maquette peu inspirée, et partie historique bâclée. Surtout quand forcément on compare l'ouvrage à la biographie de Florent Gorges consacrée à l'inventeur du GAMEBOY, Gunpei Yokoi. Le tout donnant l'impression d'une sortie à la va-vite histoire de boucler le sujet « Bible » pour enchaîner les belles ventes. Car, effectivement depuis la « Bible PC ENGINE » livre passionnant s'il en est, mené tambour battant par les piliers du forum Necstasy, Pix en est déjà à sa 5ème bible*. Imaginez un peu, les chrétiens se sont arrêtés après le 2ème volume. La qualité déclinant peu à peu d'ouvrage en ouvrage. Je passe ici sur les coquilles de l'opus Super Nintendo, et de sa version collector un peu « maladroite » à base de mousse découpée à la main, dans un coffret cartonné dont on a beaucoup de mal à sortir l'ouvrage sans forcer sur la reliure.

De son côté la bible dédiée à la portable légendaire de chez Nintendo, fait dans le survol sans escales. « Des détails ? Non, allez hop, on circule, veuillez avancer vers le chapitre suivant. » - « Hey mais, c'est quoi cette histoire d'écran 'Chip On Glass' ? » - « Hein, alors, c'est pour faire des économies. ».



Et à la fin, de la lecture de l'historique, on a rien appris de nouveau. Florent Gorge ayant très bien fait son travail dans l'ouvrage consacré à Yokoi. « Quoi, c'est tout ? ». Oui parce qu'en plus, ce n'est pas la bible de toutes les Gameboy. Seulement la bible de la Gameboy monochrome. Et en guise de panorama de la ludothèque, un descriptif succinct qui en plus se permet le luxe (?) de ne pas indiquer si le jeu en question est un chef d’œuvre fleurtant avec les étoiles ou une bouse infâme tout droit sortie d'un cul de vache mayennaise (qui a dit mayonnaise?). Non, je vous dis, c'est la déception cette bible. Surtout que je m'attendais à pouvoir étoffer ma collection de titres et à découvrir des merveilles inconnues comme la bible NES m'avait permis de le faire sur la FAMICOM. Mais, là dans l'incapacité de savoir si tel ou tel jeu est bon, la démarche n'est plus la même. Du coup, le plaisir de partir à la recherche des pépites (oubliées) de la console disparaît et ce catalogue qui a dû demander une somme colossale de travail perd vite de son intérêt. Quel gâchis.



Oui, je m'attendais à un ouvrage de référence et je me suis retrouvé avec un livre dont le temps de lecture n'a pas dépassé celui d'un mensuel (puisque le catalogue des jeux devient anecdotique).

Bien dommage.

Bien décevant.

Car oui, dès qu'on parle des éditions Pix'n Love, on s'attend à des ouvrages de qualité, réalisés par des passionnés. Au final, j'en ai pas après ce dernier ouvrage concernant la Gameboy, même si son contenu est frustrant, mais ce que je souhaitais exprimer ici, c'est ma déception vis à vis de PIX qui se laissent aller depuis quelques mois. Allez les petits gars, réveillez vous ! Il reste encore de belles bibles à éditer, GX-4000, Philips Laseractive, NGage et autres Amiga CD32 n'attendent que vous.

See you soon magical merry christmas readers !

Plus d'infos sur le site de l'éditeur.

* Sont déjà sorties :
La bible PC ENGINE 1 & 2
La bible NES
La bible Amiga
La Bible Super Nintendo

2 commentaires:

Mobyone a dit…

Hello,

Très bon article qui reflète bien ce que je pense de cette dernière publication Pix'n Love.
C'est triste mais je m'y attendais en commandant cette bible suite à mon avis mitigé sur celle de la SNES.

Ayant environ 80% de leur production, j'ai aussi noté cette évolution de leurs bibles.

Par contre, je lis actuellement le livre sur la Xbox qui est vraiment intéressant. Mais comme c'est "seulement" une traduction, cela explique la qualité du contenu. Mais je ne dénigre pas le travail demandé pour une traduction, ce n'est pas donné à tout le monde.

Heureusement que Florent Gorges travail sur le tome 4 de Nintendo.

Bonnes fêtes.

Paul.

eddy foucault a dit…

Bonjour,

Je suis en train de lire ce livre, on me l'a offert pour Noel.
En effet, on n'apprend pas grand chose sur l'histoire de la console, pourvu que l'on ait lu "l'histoire de Nintendo" chez le même éditeur. Pour les autres, il apprendront ce qu'il est nécessaire de savoir sur la génèse de cette console. S'ils veulent en savoir plus, Pix n Love sera content de leur vendre d'autres ouvrages.
Pour ce qui est des tests, je ne suis pas d'accord avec l'article de ce blog: le petit texte qui accompagne chaque photo précise en général la qualité du jeu (et un logo "HIT" indique les must have)
Le point négatif de ce livre est, comme le souligne l'article, son édition collector: 5 euros pour avoir un petit bout de carton coloré, c'est de l'arnaque. Déjà que j'avais eu un peu de regrets pour la bible SNES ... enfin, libre à chacun de choisir son édition.
Bref, pour ma part, je conseille ce livre (peut être par ce que je ne suis pas un grand connaisseur de LA GB à la base)

Bonne lecture, et bonne année à toutes et à tous !!